Antidépresseurs et syndrome de sevrage

Si vous arrêtez de prendre vos antidépresseurs d'un seul coup ou brutalement, vous pourriez souffrir de maux tels que des vertiges, la nausée ou des maux de tête. Cela est connu sous le nom de syndrome de sevrage. Ces effets arrivent sont particulièrement courant quand vous arrêtez de prendre du Paxil ou du Zoloft.

La dépression et l'anxieté sont des symptômes courant lors de l'arrêt de la prise d'antidépresseurs. Lorsque la dépression survient après l'arrêt de la prise de médicament, elle souvent plus forte que la dépression d'origine qui a conduit au traitement par ces médicaments. Malheureusement, beaucoup de personnes prennent le syndrome de sevrage comme un retour à la leur état dépressif et se remettent à reprendre leurs médicaments, ceci créant un cercle vicieux.

Symptômes du syndrome de sevrage pour les antidépresseurs
Symptômes émotionnels Troubles sensoriels Symptômes du rhume
  • Envie de pleurer
  • Irritabilité ou agressivité
  • Anxieté
  • Agitation
  • Engourdissement
  • Troubles de la vision, sensation de flou
  • Sensations de picotement
  • Fatigue
  • Maux de tête
  • Douleurs dans les muscles
Symptômes gastro-intestinaux Equilibre corporel Troubles du sommeil
  • Nausée, envie de vômir
  • Douleurs abdominales
  • Perte de l'appétit
  • Diarrhée
  • Sursauts
  • Difficultés de coordination des mouvements
  • Vertiges
  • Insormnie
  • Cauchemars
  • Sueurs nocturnes

Pour éviter le syndrome de sevrage des antidépresseurs, n'arrêtez jamais votre traitement de façon brutale. A la place, allégez graduellement vos dosages en attendant une semaine ou deux entre chaque réduction de doses. Ce processus peut prendre jusqu'à plusieurs mois et doit se faire sous la supervision d'un médecin.

Effets secondaires des antidépresseurs

Les antidépresseurs sont classés en quatre grandes familles: les inhibiteurs spécifiques de la recapture de sérotonine (ISRS), les tricycliques et tétracycliques, les inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO) et les antidépresseurs atypiques.

Les inhibiteurs spécifiques de la recapture de sérotonine (ISRS)

Les ISRS sont les antidépresseurs les plus couramment prescrits. Ils agissent sur la sérotonine et incluent des médicaments comme le Prozac, le Zoloft et le Paxil. Les ISRS sont généralement préférés aux anciennes générations d'antidépresseurs comme les tricycliques et les IMAO car leurs effets secondaires sont moins sévères.

Comme tous les antidépresseurs, les ISRS peuvent provoquer une augmentation des pensées et des comportements suicidaires. Ils s'accompagnent aussi d'un risque d'irritabilité et d'anxieté. Chez les adultes de plus de 65 ans, les ISRS augmentent le risque de chutes et de fractures. Le syndrome de sevrage va souvent de paire avec les ISRS si leur prise est arrêtée brutalement.

Les effets secondaires les plus courant sont:

  • Nausée
  • Insomnie
  • Vertiges
  • Perte ou prise de poids
  • Tremblements
  • Bouche sèche
  • Diarrhée ou constipation
  • Maux de tête
Inhibiteurs spécifiques de la recapture de sérotonine (ISRS)
  • Prozac
  • Luvox
  • Zoloft
  • Paxil
  • Lexapro
  • Celexa

Les antidépresseurs atypiques

Il y a toute une variété d'antidépresseurs atypiques qui agissent sur d'autres neurotransmetteurs que la sérotonine. Ils peuvent par exemple agir sur les niveaux de norépinéphrine et de dopamine.

Les effets secondaires varient selon les médicaments. Cependant, de nombreux antidépresseurs atypiques causent la nausée, de la fatigue, une prise de poids, somnolence, la bouche sèche et une vision troubles.

Antidépresseurs atypiques
  • Cymbalta
  • Remeron
  • Wellbutrin
  • Desyrel
  • Effexor
  • Serzone

Antidépresseurs tricycliques et tétracycliques

Les antidépresseurs tricycliques sont parmi les antidépresseurs les plus anciens. Ils fonctionnent en réduisant la recapture de la sérotonine et de la norépinéphrine. Ils inhibent aussi partiellement la réabsorption de dopamine. Ils ont tendance à causer plus d'effets secondaires que les autres types d'antidépresseurs. Pour cette raison, on leur préfère généralement les ISRS ou les antidépresseurs atypiques.

Les tricycliques mettent environ deux semaines pour agir sur les symptômes de la dépression. La somnolence est un effet secondaire qui arrive très souvent, particulièrement dans les premières semaines de la médication. Il y a également un risque de syndrome de sevrage en cas d'arrêt soudain du traitement.

Antidépresseurs tricycliques
  • Elavil
  • Asendin
  • Anafranil
  • Norpramin
  • Sinequan
  • Tofranil
  • Ludiomil
  • Pamelor
  • Vivactil
  • Surmontil

Les inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO)

Les IMAO sont la plus ancienne classe d'antidépresseurs. Des précautions alimentaires très strictes doivent êtres prisent en raison des interactions de cette médication avec la nourriture et les boissons, le risque étant des crises d'hypertension pouvant conduire à une crise cardiaque. En raison de ce danger, les IMAO ne sont pas choisis comme le premier choix de traitement de la dépression. Si vous votre médecin vous prescrit un IMAO, vous devrez faire très attention à ce que vous mangez et aux autres médicaments que vous prendrez pendant le traitement. Par exemple, vous devrez vous interdire le chocolat, le vin, la bière et plusieurs sortes de fromage.

Les autres effets secondaires sont:

  • Les vertiges
  • L'insomnie
  • La prise de poids
  • Les maux de tête
  • Des problèmes sexuels
  • Des problèmes de somnolence

Enfin, il est recommandé d'attendre au moins cinq semaines avant de prendre un IMAO si vous avez pris un ISRS précédemment. Combiner les ISRS avec les IMAO présente un risque mortel appelé Syndrome sérotoninergique (surdosage de sérotonine au niveau des neurones)

Inhibiteurs de la monoamine oxydase
  • Nardil
  • Parnate
  • Marplan
  • Emsam